FAQ de l'alternance

FAQ de l'alternance

Vous vous posez des questions sur le dispositif de l’alternance. LÉA-CFI y répond sans tabou dans cette FAQ destinée aux entreprises !

FAQ de l'alternance

Texte
Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion

Porté par la réforme de 2018 et le plan « 1 jeune, 1 solution » lancé en juillet dernier pour aider les jeunes dans la crise, l’apprentissage a connu une hausse de 40 % en 2020 dans le secteur privé. En ajoutant les contrats signés dans la fonction publique, la France passe, pour la première fois, la barre des 500 000 apprentis. Une année historique malgré la crise.

#1 Combien va coûter l'alternance ?

Texte

LÉA-CFI, experte en formations d’apprentis, vous conseille et vous accompagne dans toutes vos démarches. Et, on n'est pas les seuls ! L’État vous aide aussi à recruter des salariés en contrat d’apprentissage et de professionnalisation par le biais du plan de relance de l’apprentissage. Les entreprises bénéficient, en effet, d’aides à l’embauche de 5 000 € pour les mineurs et de 8 000 € pour les majeurs. Pour encourager les sociétés à recruter des jeunes en alternance, ces aides sont prolongées jusqu'à fin juin 2022. En tant que recruteur, vous pouvez cumuler certains dispositifs de financement comme :

  • l’exonération des charges sociales ;
  • le crédit d’impôt ;
  • l’aide au recrutement d’apprentis supplémentaires ;
  • la prime régionale à l’apprentissage ;
  • les aides pour les apprentis reconnus travailleurs handicapés ;
  • l’aide TPE jeunes apprentis.

Du côté de l’apprenti, l’alternance, en plus de le responsabiliser, confère également des avantages financiers  ! Profitant du statut de salarié, il bénéficie d’une rémunération, de droits sociaux et de congés. La rémunération varie en fonction de l’âge et de l’expérience au sein de l’entreprise d’accueil. 

                16-17 ans 18-20 ans 21-25 ans 26 ans et plus
1ère année 432,84 € 689,34 € 849,65 € 1603,12 €
2ème année 625,22 € 817,59 € 977,90 € 1603,12 €
3ème année 881,71 € 1074,09 € 1250,43 € 1603,12 €*

*Source : Service-Public.fr, 14/03/2022. Il s’agit de la rémunération brute mensuelle minimale d’un apprenti, les chiffres variant en fonction du Smic et de la convention collective applicable à l’entreprise ou d’un accord de branche professionnelle définissant un salaire minimum conventionnel plus élevé. 

#2 Pourquoi choisir l'alternance ?

Texte

Elisabeth Borne, la Ministre du Travail, souhaite “faire de l’apprentissage une voie d’excellence afin que les jeunes puissent avoir toutes leurs chances”. Jean-Marie Marx, le directeur général de l’Apec, ajoute que l’alternance “est indéniablement un tremplin pour l’emploi. Grâce à elle, l’insertion des jeunes est plus rapide et plus facile”. Au vu de ses nombreux avantages, il est tout à fait légitime que l’alternance soit aussi prisée des jeunes et des entreprises.

Pour l’alternant Pour l’employeur
  • Acquérir un diplôme valorisé sur le marché de l’emploi, grâce à une solide expérience professionnelle.
  • Apprendre les gestes techniques sur les plateaux pédagogiques afin de les mettre en application en entreprise.
  • Bénéficier de la gratuité des frais de formation.
  • Suivre une formation en alternance est synonyme de challenges quotidiens. Adieu monotonie !
  • Mettre en pratique les enseignements théoriques.
  • Être rémunéré.
  • Profiter d’un taux d’emploi plus élevé qu’une formation initiale sans alternance :
    • 88 % des apprentis de niveau Bac+3 trouvent un poste une fois diplômés contre 77 % sans alternance ;
    • 87 % des apprentis de niveau Bac+5 trouvent un poste une fois diplômés contre 73 % sans alternance.
  • Recruter une personne adaptée aux besoins de votre entreprise.
  • Profiter des multiples avantages financiers proposés par le gouvernement.
  • Anticiper la croissance de l’entreprise.
  • Disposer à terme d'un personnel qualifié et directement opérationnel au sein de votre entreprise.

 

#3 Comment bien accueillir l'alternant ?

Texte

C’est la première fois que vous accueillez un alternant ? LÉA-CFI est à vos côtés pour vous accompagner dans cette démarche. Pour BIEN accueillir votre nouvel arrivant, on vous recommande d’anticiper sa venue. Pour ce faire, rien de mieux qu’un récap’ des informations essentielles comme les horaires de travail, le matériel qu’il doit apporter, le programme de sa première semaine… Lors de son intégration dans votre société, vous pouvez également lui offrir un welcome pack. Il s’agit tout simplement d’un must have de votre entreprise. Il peut, par exemple, y retrouver une présentation des équipes, un livret d’accueil, les process phares, et pourquoi pas, quelques goodies. 

Bien sûr, lors des premières semaines de votre alternant, restez à ses côtés et multipliez les rencontres avec les collaborateurs (formelles et/ou informelles). Même si le mode d’emploi de l’accueil parfait n’existe pas, ces quelques conseils faciliteront l’insertion de ce collaborateur dans votre société et vous familiariseront avec les rudiments de votre rôle de tuteur. 

Enfin, restez en contact avec le centre de formation afin d’échanger régulièrement sur vos attendus en matière de compétences et de savoir vivre, tenant compte des enjeux de la co-formation. 
 

#4 Contrat d’alternance, que faut-il savoir ?

Texte

Pour poursuivre le développement de l’alternance, vue comme LA voie du succès, le gouvernement a voté la Loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». Dans l’optique de revaloriser l’apprentissage, les modalités d’accès ont ainsi été revues. Vous pouvez, par exemple, profiter d’une aide financière pour passer votre permis de conduire. 

L’employeur, quant à lui, doit respecter certaines obligations comme la formalisation du contrat. Il doit être réalisé à partir d’un modèle Cerfa et mentionner les objectifs, le programme, les modalités d’organisation, la durée de travail (elle est identique à celle des autres salariés, et fixée à 35 heures par semaine), le salaire, l’intitulé du poste, etc. Une fois établi, le contrat doit être transmis auprès de l’OPCO dont elle dépend dans les 5 jours qui suivent la signature. Sachez que vous pouvez déléguer cette étape à LÉA-CFI. 

Contrairement aux idées reçues, il est possible de se séparer d’un alternant en cours de contrat s’il ne répond pas à vos attentes. Dans les premiers 45 jours, il vous suffit d’un simple écrit pour y mettre fin. Une fois ce délai passé, il est possible de rompre le contrat d’un commun accord avec l’apprenti ou unilatéralement dans certaines situations particulières (faute grave, inaptitude, force majeure et/ou exclusion définitive de l'apprenti du CFA). Sachez également que vous devez avertir tous les interlocuteurs, et notamment l’OPCO, la DIRECCTE et l’URSSAF, s’il s’agit d’un contrat de professionnalisation.
Avant d’envisager une rupture de contrat, de nombreuses alternatives sont possibles. N’hésitez pas à échanger avec le centre de formation afin de trouver la solution la plus adéquate. LÉA-CFI vous accompagne dans toutes vos démarches et vous aide à faire face à ce type de situation, s’appuyant si besoin sur le médiateur du CFA de la CCI Paris Ile-de-France.

Le contrat en alternance est le moyen pour votre entreprise de former vos futurs salariés à votre savoir-faire et vos méthodes de travail”. Consciente que l’alternance constitue un vecteur d’employabilité, LÉA-CFI vous accompagne dans la construction de votre projet professionnel et dans vos démarches administratives pour mettre en place ce dispositif au sein de votre entreprise. On souhaite, en effet, susciter des vocations ! Et, quoi de mieux que l’apprentissage pour réaliser vos ambitions professionnelles ?  

À écouter aussi : l’interview de Laurent Trilles, directeur de LÉA-CFI par OEP (On En Parle) sur le rapport des jeunes à l’apprentissage.